0033 (0)1 84 800 400 devis@chirurgiedusein.net

La durée de vie d’un implant mammaire est un sujet qui devrait vous préoccuper si vous envisagez une augmentation ou une reconstruction mammaire. Vous vous demandez peut-être : quelle est la durée de vie des implants mammaires ? À quelle fréquence doivent-ils être remplacés ? Qu’arrive-t-il aux implants mammaires avec le temps : s’affaissent-ils ou ondulent-ils ?

De nombreuses femmes pensent à tort que les implants mammaires doivent être remplacés tous les 10 ans. Bien que la durée de vie moyenne d’un implant mammaire soit de 10 à 15 ans, les implants mammaires ne doivent en fait être remplacés que si vous avez un problème tel qu’une rupture de l’implant ou une contracture capsulaire.

Faut-il remplacer les implants mammaires tous les 10 ans ?

Les implants mammaires ne sont pas des dispositifs à vie. À moins que votre espérance de vie ne soit assez courte, vous devrez vous faire retirer ou remplacer vos implants mammaires à un moment ou à un autre de votre vie. 10 ans est le chiffre magique que l’on cite souvent comme étant la durée de vie d’un implant mammaire. Mais il n’y a rien de magique dans ce chiffre de 10 ans. Les implants mammaires ne sont pas comme un filtre à huile qui doit être changé tous les 15 000 km. À moins que vous n’ayez un problème avec vos implants mammaires, il n’y a aucune raison de les changer !

duree de vie d'un implants mammaires

Pourquoi les implants mammaires doivent-ils être remplacés ?

Il y a deux raisons principales pour lesquelles les implants mammaires doivent être remplacés :

  • Rupture de l’implant mammaire
  • Contracture capsulaire

Rupture d’un implant mammaire

Vous vous demandez peut-être ce qui peut provoquer la rupture d’un implant mammaire. Bien que les mammographies ou les traumatismes à la poitrine aient été mis en cause, la cause la plus fréquente de rupture d’un implant mammaire est tout simplement le temps. Les implants mammaires s’usent avec le temps : l’enveloppe finit par se fissurer, provoquant une rupture. Le taux de rupture commence à augmenter après 10 ans, d’où ce chiffre. Ce qui se passe en cas de rupture d’un implant mammaire dépend du type d’implant.

durée de vie implants mammaire

Les implants mammaires en silicone et en solution saline ont tous deux une enveloppe extérieure résistante en silicone. Dans le cas des implants salins, cette enveloppe est remplie d’une solution d’eau salée (sérum physiologique).

Si l’implant se rompt, la solution saline est progressivement absorbée par votre corps. Dans le cas des implants en silicone, l’enveloppe est remplie d’un gel de silicone épais appelé gel cohésif. Dans le cas des nouveaux implants gummy bear, le gel est si épais qu’il reste à l’intérieur de l’implant, même si l’enveloppe se fissure. Dans les implants en silicone de l’ancienne génération, le gel de silicone qui remplissait l’implant était beaucoup plus fin, de la consistance du miel. Si vous avez déjà entendu parler de silicone voyageant vers les ganglions lymphatiques, c’est généralement avec ces anciens implants.

Contracture capsulaire

La contracture capsulaire est l’autre raison pour laquelle un implant mammaire peut devoir être remplacé. Les implants mammaires sont un corps étranger, et la réponse naturelle de votre corps est de former un tissu cicatriciel autour d’eux. Si le tissu cicatriciel devient trop épais, l’implant devient ferme et éventuellement douloureux, ce que l’on appelle la contracture capsulaire.

L’incidence réelle de la contracture capsulaire est difficile à estimer, car elle varie selon le type d’implant, selon que l’implant est placé au-dessus ou au-dessous du muscle et selon que l’implant a été placé pour une augmentation mammaire ou une reconstruction mammaire. En outre, la contracture capsulaire n’est pas un phénomène tout ou rien.

Un implant peut être légèrement ferme et avoir une belle apparence, mais il peut aussi être très dur, déformé et douloureux. L’incidence globale est d’environ 10 %, et elle est plus élevée chez les femmes qui ont subi une reconstruction mammaire ou qui ont des antécédents de contracture capsulaire.