Comprendre l’hypertrophie mammaire masculine

gyneomastie

La gynécomastie est définie comme la présence de tissu mammaire palpable chez les hommes. Cela est fréquent chez les individus normaux particulièrement dans la période néonatale, à la puberté et chez les personnes âgées.

En effet, environ 60% des garçons développent une hypertrophie mammaire transitoire et 30% à 70% des hommes adultes ont des tissus mammaires palpables. La prévalence étant plus élevée chez les hommes âgés et chez les patients atteints de maladies concomitantes.

 

Histologiquement, la principale caractéristique de la gynécomastie est la prolifération ductulaire dans un stroma de fond du tissu conjonctif fibreux. Environ la moitié des hommes présentent des signes de gynécomastie à l’autopsie. La gynécomastie l’hypertrophie mammaire masculine est soit bilatérale unilatérale ou asymétrique. Au fil du temps, la composante du tissu conjonctif de la gynécomastie tend à devenir plus dense et plus fibreuse.

 

Les récepteurs pour les androgènes, les œstrogènes, la progestérone et la prolactine se trouvent dans le sein masculin. Il a été démontré que les œstrogènes stimulent la prolifération des tissus mammaires, alors que les androgènes inhibent ce processus. On pense que la plupart des cas de gynécomastie sont causés par un déséquilibre de ces deux influences.

Un tel déséquilibre peut se produire avec une action accrue des œstrogènes sur le sein, une diminution de l’action des androgènes ou une combinaison des deux. Cela peut être dû à une augmentation des taux tissulaires d’œstrogènes, une diminution des taux circulants ou tissulaires d’androgènes ou une augmentation de la réponse du sein aux œstrogènes. Par ailleurs, l’insensibilité qui est due aux mutations du récepteur ou aux médicaments est un autre facteur dérangeant qui peut être présent chez un patient.

En effet, la gynécomastie chez les hommes âgés peut être liée à une augmentation de l’adiposité avec l’âge : le tissu adipeux est un site majeur d’aromatisation des androgènes en œstrogène. De plus, la diminution de la production de testostérone avec la prise de médicaments peuvent modifier les concentrations ou l’action des androgènes ou des œstrogènes.

 

Bien que les récepteurs de la prolactine soient présents dans le sein de l’homme (8), l’hyperprolactinémie peut entraîner une gynécomastie par ses effets sur l’hypothalamus et provoquer un hypogonadisme central.